Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Citant des sources dans l'ANP et la Gendarmerie nationale, Echorouk, le quotidien arabophone le plus vendu, a frappé fort hier.

Des "médecins de la santé militaire", lui ont assuré que "9 000 haragas et 30 000 refugiés africains", transmettent aux Algériens dix maladies infectieuses "dont le Malaria, le Sida, l’Hépatite et le virus Ebola". Pour compléter ce scoop terrifiant, Echourouk a demandé à la "Gendarmerie nationale" des indications sur l'itinéraire des contagieux: "Les migrants en provenance du Mali passent par Tin Zawatine, Abesla, Ghardaïa, Meniâa, In Salah, Tlemcen, Oran, Chlef et puis Alger. Quant à ceux qui viennent du Nigéria, ils passent par Asmakha, In Guezam, Kaa Rat Nass, Tamanrasset, Ghardaïa,  In Salah, Tlemcen et puis Alger. En prenant comme point de départ Abou Dhabi, les migrants traversent le Kenya en passant par la Libye, Maghnia et puis Illizi". Ce dernier itinéraire paraît quand même un peu surréaliste. http://www.echoroukonline.com/ara/articles/204115.html

 

Réveillez l'Africain qui dort en vous!

Par Maâmar Farah, 13 mai 2014

 

Une embarcation qui chavire. Des morts. Des disparus. Tous des Noirs. Venus des fins fonds de l'Afrique, ils ont cru possible le rêve : atteindre le paradis au prix de lourds sacrifices financiers, d'efforts physiques surhumains et d'une folle espérance... L'océan ne pardonne pas et le rêve devient cauchemar.
C'est au cœur d'un autre océan qu'un groupe venu des mêmes pays a vécu l'enfer. Pas bleu cette fois-ci, mais blond comme les dunes. Ocre comme les roches sahariennes. Le chemin qui s'égare dans les immensités cendrées, sous un soleil qui vous perce de ses rayons de feu. La soif. La soif qui vous tue à petit feu... Encore des morts. Pas de disparus. Tous des Noirs. Venus d'un village de huttes où la vie ressemble à la mort.
Ainsi meurent les enfants des indépendances, dans leur folle tentative de rejoindre les pays de leurs anciens colonisateurs... Et ça fait mal. Mais ça fait encore plus mal de voir les Algériennes et les Algériens qu'on dit hospitaliers et non racistes, détourner les yeux à la vue de ces êtres squelettiques qui tendent leurs mains décharnées vers nous.
Et notre indifférence est pire que la mer et le désert. Elle ne tue pas ces femmes et ces enfants au bas de nos immeubles. Elle nous tue. Elle nous déshumanise et nous accable car il n'y a aucune fierté à tirer d'un comportement qui n'est pas très loin de celui des Européens d'extrême droite, racistes et intolérants, qui ne veulent pas de nous chez eux ! Agissons tous ensemble pour tendre une main fraternelle à ces rescapés de l'enfer afin de leur montrer le chemin d'un autre paradis : celui de nos cœurs fraternels et généreux, qui les persuadera peut-être que l'éden commence et s'arrête ici... En Afrique !
Source:
Le Soir d'Algérie

Campagne médiatique contre les "subsahariens": la Palme à Echorouk
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article