Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le 7 avril, jour de l'assassinat, a été inscrite dans les statuts de son parti, le FFS, comme "Journée du militant". Hocine Aït Ahmed écrivait, il y a deux ans, à l'occasion de l'anniversaire de l'assassinat de son proche conseiller. « Ali André Mecili a été tué par la conjuration des barbouzes et des maquereaux contre le rapprochement des hommes au sein d’un même peuple et le rapprochement entre les peuples au sein d’un même monde. C’est parce que le FFS s’est inscrit dans la logique d’union nationale, de convergence démocratique, de la lutte pacifique en Algérie et de rapprochement entre les peuples français et algérien dans le respect mutuel qu’Ali André Mecili a été tué »,

Notre blog a évoqué les controverses qui se poursuivent sur les commanditaires de cet assassinat ( Hicham Aboud en service, toujours.) Avant sa mort, dans son dernier éditorial pour " Libre Algérie", le journal qu’il avait créé, Ali Mécili écrivait : "Habitués qu’ils sont à toutes les farces électorales qui ont émaillé l’histoire de l’Algérie depuis 1830, les Algériens et les Algériennes préfèrent se taire sur le sujet. Lorsqu’ils se déplacent pour déposer leur bulletin dans l’urne, peu importe d’ailleurs ce qui est imprimé sur ce bulletin, ils s’empressent aussitôt de justifier leur geste en brandissant le fameux tampon qu’il faudra peut-être montrer demain pour voir aboutir toute démarche administrative. Si le pouvoir avoue aujourd’hui plus de 25% d’abstentions à Alger et à Oran et au moins 15% de bulletins nuls, c’est tout bonnement pour cesser de se couvrir totalement de ridicule en continuant à faire voter les morts, les handicapés et les malades mentaux qui s’entassent dans les asiles d’aliénés ressemblant fort à des camps d’internement".

DR

DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article