Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

"Les Algériens rêvent de démocratie mais, dans leur majorité, ne participent-ils pas plutôt inconsciemment au cauchemar quotidien dans lequel la corruption généralisée les a embourbés?"

 

 

Par Karim Tedjani, 15 avril 2014

 

A Guerbes, dans la wilaya de Skikda, comme d'ailleurs un peu partout à travers l'Algérie profonde, beaucoup trop de citoyens se comportent comme si ils étaient au dessus des lois instaurées par notre Etat. Tellement ce dernier y est absent, tellement la corruption et le laisser-faire sont devenus la seule norme à respecter dans ces zones de non-état de loi...

Ainsi, si l'on prend le cas de cette bourgade du nord-est de l'Algérie, il suffit de randonner quelques jours à travers sa campagne pour faire un bien triste constat. Un tel dévaste des hectares de forêt, parfois même d'aulnaies (rares) pour y semer de la pastèque et saturer les sols de produits chimiques périmés, qui plus est. Un autre puise sans vergogne l'eau des zones humides pourtant protégées et gêne ainsi la villégiature d'oiseaux migrateurs dont certains sont très rares. Un autre vole chaque jour des tonnes de sable pourtant impropre à la construction puisque très humide, au détriment des dunes qui jouent pourtant un rôle écologique primordial. Un autre prend la liberté d'installer un bar clandestin en pleine "cambrousse" et ce sont des milliers de bouteilles en verre qui jonchent la campagne. Un autre laisse ses déchets dans la plaine de Messoussa, à chaque fois qu'il vient de Guelma pour pêcher dans l'oued El Kebir. Un autre s'accapare une source naturelle et décide de la dégrader volontairement pour que plus personne ne vienne y puiser de l'eau. Un autre s'installe dans un terrain forestier, qu'il clôture sans la moindre gène. Et que dire de celui qui coupe chaque jour des Eucalyptus pour en faire du charbon de bois?

Si je parle de ces gens au singulier, ce n'est qu'un effet de forme, ils sont malheureusement de plus en plus nombreux dans cette région à se jouer de la loi, à bafouer l'intérêt commun pour leur propre compte sans que personne ne semble être à même de les en empêcher...

A force d'une telle anarchie collective, c'est la désertification de toute une région qui se profile inéluctablement puisque plus aucun arbre n'y est en sûreté à présent. Un cas d'école loin d'être malheureusement isolé! Je sais de quoi je parle... J'ai pu en être témoin à travers plus d'une vingtaine de wilayas du Tell...

Il faut dire que c'est le mal-vivre la campagne l'isolement, le manque d'emplois durables, d'infrastructures efficientes qui sont les plus sûrs accélérateurs de tels fléaux; le plus flagrant symptôme d'un échec du développement des zones rurales en Algérie...

Et que font les autorités locales contre tout cela? Pas grand-chose, le plus souvent. Elles acquiescent silencieusement de leur laxisme , parfois, pire, elles couvrent ces mêmes délinquants...

Bientôt, à force de ne plus être capables de faire respecter dans nos campagnes la loi pourtant environnementale en vigueur dans notre pays , la criminalité va finir par s''y endurcir, encouragée par autant d'impunité... Et, de ce fait, nos douars redeviendront des bases de replis pour toute une faune de psychopathes et criminels en tous genre qui auront tout le loisir d'opérer ensuite dans nos villes...

Voilà ou nous en sommes arrivés... Tout cela pour de l'argent facile, par flemme morale, pour ne pas gêner un tel ou tel membre de sa famille ou bien encore un généreux "bienfaiteur".

Les Algériens rêvent de démocratie mais, dans leur majorité, ne participent-ils pas plutôt inconsciemment au cauchemar quotidien dans lequel la corruption généralisée les a embourbés?

Ils critiquent un système qui, au fond, arrange bien, le plus souvent, leurs mesquines petites affaires personnelles. Ils ne sont même pas capables, dans l'ensemble, de respecter le tour de leur voisin de file d'attente, s'offusquent même quand on le leur fait remarquer!

"Le Pouvoir" occulte auquel ils font si souvent référence, celui qui mine ce pays à petit feu , lui, il le sait, il en joue, il favorise parfois même de sa main invisible la contagion d'une telle maladie sociale et morale à travers toute la société algérienne...

Il a donc, grâce à cela , encore bien de beaux jours devant lui, il ne faut point en douter...

Lien: http://www.nouara-algerie.com

DR. Futur désert en timbre

DR. Futur désert en timbre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article