Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Mouloud Hamrouche veut prendre à témoin l'opinion publique de ses propositions de sortie de crise. Il nous apprend que la clé de la réforme du système algérien est entre les mains d'un triumvirat, dont il donne les noms. "Le levier est entre les mains des trois hommes(...) c'est eux qui doivent entamer le processus".

La comparaison de ce triumvirat actuel avec trois B, Boussouf, Bentobal et Belkacem, présentés comme initiateurs des négociations avec l'occupant colonial, est très contestable. C'est le peuple d'Alger sortie dans les rues, en décembre 1960, après Melun, qui a mis à l'ordre du jour l'urgence de cette option, chez les décideurs français.

Trois hommes seuls? A propos du triumvirat actuel, Hamrouche précise : «Ces trois personnages, qui ne représentent pas que leurs personnes, ont la clé de sortie de crise». Quelques phrases en vrac : "les trois hommes, avec l'armée derrière, c'est eux qui peuvent réaliser le processus d’entente nationale". "l'armée est la seule force organisée et disciplinée". "Ces nouvelles générations d'officiers ont certainement une idée sur comment voir l'avenir".

On attend avec intérêt que les officiers de l'ANP fassent connaître leurs idées sur l'avenir et pèsent sur cet avenir, en rupture avec les formes utilisées jusqu'ici, et qui ont contribué à amoindrir la capacité de l'ANP à apporter sa contribution à la recherche et la mise en œuvre des voies républicaines de l'accomplissement national.

Anonymous avec Mouloud Hamrouche? Mouloud Hamrouche a-t-il vendu la mèche? C'est un fait unique: la rédaction du surinformé et très "sourcé" site TSA publie un éditorial dirigé contre Mouloud Hamrouche. Il est d'une grande férocité. Il ne sera sans doute pas possible aux lecteurs d'accéder au site, car il fait l'objet d'un piratage (en cours) d'Anonymous. Morceaux choisis: "S’il pense que c’est en prenant la parole pour la troisième fois dans des cénacles autorisés qu’il pourra convaincre les élites algériennes, Mouloud Hamrouche se trompe lourdement.  Ni feuille de route ni explication de texte véritablement convaincante. On a envie de lui dire qu’il doit enfin  passer de la parole aux actes s’il veut réellement peser dans les mois et les années qui viennent au risque sinon de passer pour un responsable politique hors sol".

Analysant les propositions de Hamrouche dans le Quotidien d'Oran M. Saadoune écrit notamment :  "La crise a besoin d'une réponse «maintenant» car le «temps n'est plus un allié». La réponse est d'autant plus urgente qu'il y a un risque «d'embrasement» si le «bon sens» ne l'emporte pas. Au sein du régime, le «semblant de consensus de 1992 est rompu» et cela peut déraper si l'on n'agit pas pour sortir de l'impasse. L'armée est concernée car elle a donné une «forme de légitimité au groupe qui gouverne» et elle est donc «plus que partie prenante dans l'élaboration d'un nouveau consensus national». C'est une réponse à ceux qui font mine de croire, comme Saïd Sadi récemment, que l'armée est hors du coup et qu'il ne faut pas «l'impliquer» dans les affaires politiques. Tout comme à ceux qui, à l'instar d'Ahmed Ouyahia, martèlent que «la transition, c'est fini», comme si le système en place n'était pas en crise et que les institutions fonctionnent réellement. De l'autisme politique sur un terrain devenu mouvant et susceptible de dégénérer."

Le premier triumvirat - tiré de «Les Légions perdues» (série Alix de Jacques Martin)

Le premier triumvirat - tiré de «Les Légions perdues» (série Alix de Jacques Martin)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article