Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Pour les médiatiques survoltés de la presse "indépendante", il y a quelque chose de "déroutant" dans la démarche du FFS, qui semble prendre méthodiquement son temps pour évaluer la situation. Même les spéculations habituelles sur les dessous de table semblent paralysée devant cette manière de procéder inhabituelle en Algérie dans la classe politique. Mais cette démarche n'est-elle pas ce qu'attendent les Algériens? Samir Bouakouir, du FFS, a écrit hier sur Facebook cette charade:

"Le quatrième mandat? Un abcès politique de fixation pour des âmes sensibles totalement remuées, et c'est normal, par ces images d'un président-candidat qui "balbutie et qui a l'œil qui divague", comme dirait Brel.

"Le quatrième mandat ? Une aubaine pour ces vautours déguisés en la circonstance en blanches colombes qui, la main sur le cœur, jurent que l'Après-Boutef ne ressemblera pas, comme le craignait un ami, à l'Avant-Boutef.

"Le quatrième mandat ? Il ne faut surtout pas qu'une colère saine, une indignation sincère, serve les desseins de ceux qui se considèrent depuis plus de cinquante ans comme les éternels tuteurs de l'Algérie".

 

DR

DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article