Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les dernières condamnations à mort de centaines de Frères musulmans confirme la tactique dite du blitzkrieg adoptée par maréchal Sissi, qui prépare son accession à la présidence. Khaled Ali se retire de la course. Parmi les concurrents possibles pour donner la répartie au candidat maréchal, grand favori, seul le nassérien Hamdine Sabahi a accepté jusqu'ici de jouer le jeu.

Ce n'est pas les cas de Khaled Ali, candidat à la présidentielle de 2012, à laquelle il avait participé selon lui pour "faire entendre une voix différente". Il a décidé de se retirer de la prochaine présidentielle la qualifiant de « mascarade ». Plus jeune candidat à l’élection présiden­tielle de 2012, Khaled Ali, avocat de droits de l’homme s’est fait connaître par son combat contre les privatisations économiques sauvages menées par le régime de Moubarak. Lors d’une conférence de presse tenue au syndicat des Journalistes, Ali a expliqué que sa décision était une réponse à la nouvelle loi sur l’élection présidentielle qui rend sans appel les déci­sions de la Haute Commission électo­rale et n’offre pas le temps nécessaire aux campagnes électorales. Ali s’op­pose aussi à la candidature d’un diri­geant de l’armée. «L’armée ne devrait pas dévier de son rôle de protéger la patrie en s’incrustant en politique. On s’oppose à la réins­tallation d’un Etat policier », a lancé Khaled Ali.

Dans un nouveau rebondissement, le général Sami Anan, ex-membre du Conseil militaire, qui, le 16 février dernier, avait d'abord annoncé sa candidature, se retire finalement du casting. Selon son porte-parole, « Le général Anan ne veut pas participer à la présidentielle, car il est convaincu qu’il ne faut pas semer la zizanie entre l’armée et le peuple". Né en 1948, Sami Anan, lieutenant-général des forces armées était vice-président du Conseil suprême des forces armées à la suite de la chute de Moubarak et jusqu’à l’investiture du président Mohamad Morsi.

En revanche, le Nassérien Hamdine Sabahi maintient sa candidature tout en s'affirmant toujours opposé à la loi sur l’élection prési­dentielle. Arrivé troisième aux dernière élections présidentielles, c'est sans doute le seul candidat capable de sauver les apparences face au maréchal Abdel-Fattah Al-Sissi, grand favori. Va-t-il maintenir sa candidature après le nouveau forfait du régime?

L’analyste Hamdi Bakhit explique: « la tenue d’un véritable processus électoral doit être basée sur la compétition entre plusieurs candidats. Je crains que le retrait des candidats ne serve qu’à enraciner les propos selon lesquels Al-Sissi va remporter la présidentielle sans aucun concurrent réel. Ce qui réduirait la légitimité du 30 juin et confirmerait les propos de ceux qui l’ont qualifié de coup d’Etat ».

 

DR. Khaled Ali se retire

DR. Khaled Ali se retire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article