Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

"Dans le M'zab, le déchaînement de violences réciproques est sans précédent depuis mercredi dernier" (Presse). Depuis plus d'un an, nos régions sahariennes sont au centre de l'actualité. Y a-t-il un "problème du Sud"? Quels en sont les protagonistes?

Un centre de recherche dépendant de West Point, l'Académie militaire américaine, vient de publier une étude signée Hannah Armstrong, intitulée L'attaque d'In Amenas et la contestation sociale dans le sud algérien. Traduite par Hakim Benzine, l'analyse a été publiée sur le site de l'Institut Frantz Fanon. Titulaire d’un Master de l’Ecole des études orientales et africaines de Londres, familiarisée avec les dialectes nord-africains et l’arabe standard moderne, Hannah Armstrong effectue des recherches sur les questions politiques et sécuritaires dans la région sahélo-saharienne et publie régulièrement des reportages et des analyses.

Commentant cette étude dans Oumma.com, Mohamed Tahar Bensaada, lui-même universitaire, oublie de mentionner une tradition de la recherche états-unienne qui veut que le travail des universitaires est très souvent financé par des commandes du complexe militaro-industriel. M. Bensaada pratique la rhétorique dite thèse-antithèse-synthèse. D'abord, il affirme que cette analyse "dénonce à juste titre les amalgames et les accusations diffamatoires dont sont victimes les jeunes chômeurs du sud en lutte pour leurs revendications légitimes". Ensuite : "Le lien étroit existant entre les questions sociales et les questions politiques et sécuritaires ne doit pas à servir à cultiver des amalgames et encore moins à justifier les tendances séparatistes et/terroristes". Et enfin synthèse : "On peut estimer que le but de l'analyse américaine était d'attirer l'attention sur la nécessité de travailler sur les facteurs sociaux qui peuvent constituer un terreau pour l'extrémisme et le terrorisme, ce qui est en soi louable. l'analyse américaine est tombée involontairement dans le même travers." De ce raisonnement de facture classique, il n'y a rien à dire, ou alors trop...

Mais que penser des animateurs du mouvement social du Sud? A-t-il consulté des fichiers des services algériens, en tout ca, Bensaada semble catégorique: "Des indices probants montrent que certains activistes entretiennent des rapports avec des Ong connues pour leurs liens avec des centres spécialisés dans la subversion transnationale au nom de l'exportation de la démocratie comme l'organisation américaine Freedom House, proche des cercles néoconservateurs du parti Républicain". Bensaada pousse plus loin le bouchon: "Une des personnes ressources en Algérie de Freedom House n'est autre que Abderrazak Mokri, le nouveau leader des Frères musulmans du MSP qui viennent de nouer une curieuse alliance avec le RCD dans le cadre de la campagne de boycott de l'élection présidentielle".

Mohamed Tahar Bensaada a reçu du renfort avec surenchère d'informations. "Les services de subversion de l’impérialisme ne sont pas inactifs", selon un communiqué du PADS, publié hier. Ce petit groupe se réclamant de la défense de l'héritage du PCUS assure: "Consciemment ou inconsciemment certains représentants des citoyens d’origine mozabite, légitimement terrifiés par la montée de la haine à leur égard, font leur jeu en s’adressant aux instances internationales face à l’incurie du régime ou de la complicité calculée de ses cercles les plus aventuriers (...). Le PADS met en garde: " Les régions mozabites sont inscrites dans leur liste de foyers d’abcès et de déstabilisation comme la Kabylie ou certaines villes du sud saharien. Des groupes financés par les USA et l’Union européenne s’agitent de façon coordonnée dans ces régions sous le paravent des droits de l’Homme, des libertés, de l’autonomie, etc.".

Sid Ahmed Ghozali affirme laconiquement dans Liberté : "C’est le pouvoir qui est à la tête de ces divisions(...). Pour donner un destin unique à la nation, il est nécessaire d’appliquer une politique de développement qui tienne compte de l’équilibre régional. Cela, Boumediene l’avait bien compris.”

Kharroubi Habib, s'interroge lui aussi ce matin sur les commanditaires de l'abcès du M'zab. Pour lui, le centre de commande se trouve au bled. "Des apprentis sorciers sont à l'œuvre qui par manipulations occultes visent à déstabiliser la région en espérant que la réussite de leur complot fera tache d'huile dans le pays (...). C'est pourquoi les autorités du pays ne doivent pas s'en tenir au rôle du pompier, mais sont tenues de neutraliser les auteurs de la conjuration et de les démasquer aux yeux du peuple. A moins qu'elles n'ont pas décidé de le faire parce qu'ils sont au cœur du pouvoir".
 

Opération M'Zab: Freedom House ou "cœur du pouvoir"?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ouas Ziani 18/03/2014 13:14

Quand les cyclothymiques se mettent aux analyses, cela donne la logomachie. La perle est dans les deux ou trois pas faits par Mokri aux côtés de Belabbes...une déclaration de guerre à l'OTAN. Il faudrait appeler au secours non pas Poutine et Lavrov mais les psychiatres du monde entier.