Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La Chronique du Condjador (89)

Jijel, 26 mars 2014

 

Il s'en souvient comme si c'était hier, le vieux marin venu au port de Boudis, pour des travaux de carénage sur son chalutier. Il raconte Annaba avant l'indépendance. "Celle de quelques personnes", car les millions d’autres sont encore dépendants, d'un système bureaucratique.

Il raconte. Sur les plages de Annaba jusqu'au cap roza, les marins italiens, maltais, les algériens ensuite, fabriquaient eux-mêmes leurs embarcation de pêche. A la fin des travaux, l’administration venait faire le constat de l’embarcation -longueur, largeur et profondeur- -, puis délivrait le rôle. C'était des barques de 6 à 9 mètres de long, de forme pointue, des deux côtés. La loi donnait cette possibilité aux gens de la mer, qui étaient à la fois bons marins et charpentiers. Cette loi a continué a être appliquée dans les année 1960 mais ensuite, au lieu d'être améliorée, elle a été castrée par des détails bureaucratiques successifs. Le marin à petit revenu n'a pas pu suivre... Ce bricolage masqué sous la forme de "gestion des ressources de la mer et de la sécurité des personne" a tué le coté créateur et artistique de gens de mer.

Aujourd'hui, la direction de la pèche veille sur la paperasse de blocage. Il faut avoir un poste a quai, une place louée à la direction du port de pèche, un permis de pèche, une licence, le rôle. Et, pour y placer un sondeur électronique, utilisé dans les bateaux de pèche de différentes spécialités, il faut passer par les gendarmes. Une seule solution: acheter le bateau ou le faire fabriquer par un professionnel, avec facture? Les deux tiers du prix d'une embarcation sont partagés entre le professionnel et l'administration. Le fabriquer soi-même? Il sera impossible même de le faire rentrer au port.

A Annaba ou à Jijel, des marins artistes dans le travail de bois, avaient des connaissance qui dépassaient celles des détenteurs de registres. Ils ont fini ivres mort de déception à cause de ces lois à la con qui bloquent le rêve de nombreux amoureux de la mer.

DR

DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article