Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le " Bouteflika dégage! " n'avait pas convaincu les Algérois, en février 2011, lorsqu'on les avait appelé à engager un printemps algérien. C'était place du Premier mai, à l'appel de Saïd Sadi et Abdenour Ali Yahia, avec le renfort de... Ali Belhadj.

Ce mot d'ordre accrochera-t-il enfin en 2014 à partir de la place Audin? Les trois quotidiens francophones les plus importants font leur une sur la manifestation et sur l'intervention policière rapide et massive qui, comme en 2011, a conduit à une dispersion rapide du rassemblement.

L'éditorial d'El Watan est consacré à l'évènement. La conclusion de Tayeb Belghiche est martiale : "L'Etat policier a remporté, hier, une bataille contre le peuple algérien contre lequel il est désormais en guerre ouverte (...). Mais ce n'est que partie remise. Rien ne dit que ce peuple, qui a su se débarrasser d'un colonialisme féroce, se laissera faire par ces nouveaux colonisateurs qui usurpent l'Algérie par la violence depuis 1962".

Dans Liberté, Mustapha Hammouche écrit : "Il est vrai que, souvent, la répression, couplée à la manipulation, a réussi à étouffer des élans populaires revendicatifs. Mais souvent, aussi, la répression a eu un effet amplificateur sur cette revendication".

Kharroubi Habib, dans Le Quotidien d'Oran, semble lui aussi s'attendre à de nouveaux développements: "Il n'est pas à exclure que le prétexte anti-quatrième mandat soit l'étincelle qui produirait le « printemps algérien » tant souhaité et rêvé par les milieux étrangers qui ne portent pas notre pays dans leur cœur. Mais c'est le pouvoir qui se prétend le rempart de la souveraineté nationale et le garant de la stabilité du pays qui en sera alors celui qui l'aura rendu possible en réduisant son peuple à une entité dont le seul rôle est d'applaudir à ses errements".

L'éditorialiste du même Quotidien d'Oran est plus circonspect. K.Selim écrit : "A Alger, les partisans de la «stabilité» sont satisfaits, la colère qui s'est exprimée à place Audin - reflet fugace d'une grande sidération nationale - ne va pas changer la donne".

D'autres quotidiens francophones, "indépendants" eux-aussi, minimisent la portée de l'évènement du centre ville d'Alger. Comme l'Expression qui titre:" Quelques dizaines de manifestants", ou le Temps d'Algérie qui rapporte : "Quelques dizaines de personnes se sont rassemblées hier devant la Faculté centrale à Alger". C'est aussi le chiffre donné par Mghreb Emergent. Notons quant même la conclusion d'un intéressant commentaire de Slimane Laouari dans Le Temps d'Algérie : "Jusqu'à preuve du contraire, Abdelaziz Bouteflika n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature. Et ce ne doit certainement pas être une situation d'extrême sérénité qui l'a empêché de le faire à deux jours de la date limite. Il se passe même des choses du côté de la rue, même si ça manque de lisibilité, puisqu'on nous dit plutôt ce qu'on ne veut pas que ce qu'on veut. Et la réaction répressive systématique qui accompagne ces mouvements n'est pas faite pour rassurer. Les prochains jours vont donner une idée de ce que sera la suite. A commencer par la nuit du 5 mars (dernier délai pour le dépôt de candidature, ndlr). Il serait même étonnant qu'on attende jusque-là."

Du côté des partis d'opposition.

"Que le chef de l'Etat se soit engagé pour un 4 ème mandat, malgré son impotence, ne doit pas être considéré comme la question la plus importante par les masses populaires" affirme de son côté le PADS dans un communiqué. publié hier. Le Pads ne donne pas de consigne pour le scrutin. "Les luttes à mener ne doivent pas conduire à faire le jeu de tel ou tel autre courant d'intrigants opposés à ce nouveau mandat. Engager les forces combatives du pays dans cette voie serait semer des illusions sur les objectifs de ceux qui prétendent être l'alternative alors que leur programme, quand ils en ont, est de maintenir le système économique et social actuel, affairiste et exploiteur, sous la direction de nouvelles figures". En conclusion, le PADS "appelle à se méfier de ceux que le régime met en avant à travers les médias publics ou privés, pour les tromper en les faisant passer pour les défenseurs de leurs intérêts".

Au Front des forces socialistes (FFS), on ne donne pas l'impression d'être particulièrement ému par les derniers développements. L'information politique la plus récente, donnée encore aujourd'hui sur le site du FFS date ... du 28 septembre : "Des membres du Secrétariat national et des parlementaires du Front des Forces Socialistes (FFS) effectueront le 1er mars 2014 des sorties dans plusieurs wilayas, à travers le territoire national. Ces sorties s’inscrivent dans le cadre du travail de proximité initié par la Direction nationale du parti dont l’objectif est de poursuivre la consolidation et l’élargissement des structures du parti en restant au plus près de la base militante et de la population".

Les belles bagnoles à la une. Terminons avec des titres recueillies dans un des journaux "indépendants" farouchement hostile aux importations débridées (et aux augmentations de salaire qui les "favorisent"): "C’est parti pour la nouvelle 308 Peugeot en Algérie", "Chevrolet Trax:à la conquête de la jungle urbaine", "La Seat Leon a été élue Voiture de l’Année 2014", " "La nouvelle Fiat Linea sera au salon d’Alger, du 12 au 22 mars, annonce Sodi". Et cette triste nouvelle : "Fin de carrière pour la Hyundai Eon en Algérie"

Cela s'appelle de la "pub signée".

Aujourd'hui, une bonne nouvelle donnée par l'APS: "Les importations algériennes de voitures ont reculé, en janvier 2014 de plus de 50% par rapport au même mois de l'année dernière, a-t-on appris dimanche auprès des Douanes algériennes".

DR

DR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ouas Ziani 03/03/2014 11:41

Fin de carrière pour hi han !! zaama !!