Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

En 1953, à la suite de la défaite électorale de son parti, le général de Gaulle se retire de la scène politique et entame sa "traversée du désert". Cette expression, inventée à l'occasion pour le général, sera ensuite utilisée pour désigner les périodes de retraite pendant lesquels des personnages publics sont mis à l'écart dans l'attente d'un retour en grâce.

La traversée du désert de Charles de Gaulle a duré cinq ans. Abdelaziz Bouteflika a rongé son frein pendant 18 ans! Une durée qui n'est sans doute pas sans rapport avec l'addiction aux mandats qui suivra.

Contrairement à Bouteflika qui a été "improductif" intellectuellement pendant sa mise hors des feux de la rampe, Charles de Gaulle écrira ses Mémoires de guerre, dans le désert.

Trois anciens premiers ministres sont candidats, déclarés et potentiel, aux présidentielles algériennes. Tous trois ont connu des périodes prolongées de traversée du désert. 10 ans pour Ali Benflis, 14 ans pour Ahmed Benbitour, tandis que Mouloud Hamrouche remporte la palme avec 23 ans.

A l'exception de Ahmed Benbitour, qui a mis à profit sa retraite forcée pour rendre public les leçons de son expérience du pouvoir et présenter inlassablement ses propositions, la tradition bouteflikienne, rentable, de silence a été respectée par Hamrouche et Benflis, les favoris du système... après Bouteflika. Le public ignorera leurs faits et gestes et autres pensées, à l'exception de leur présence à El Alia, pour les enterrements

 

S. A., 18 février 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ouas Ziani 18/02/2014 13:37

La loi de l'omerta.