Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

2014-635284820702481409-248.JPG
DR

La grève des 24 000 salariés de l'usine textile d’État de Mahalla commencée le 10 février pour l'obtention du salaire minimum de 1200 de livres egyptiennes(LE) est en train de s'étendre progressivement aux ouvriers des 32 usines du consortium textile d’État. Le 20 février, 7 autres usines avaient déjà rejoint le mouvement: Kafr Al-Dawar avec 8 000 salariés est au 4ème jour de grève, Sbahy Al-Biza, Shebeen Al-Kom, Al- Mahmoudeya, Nasr et sont en train de rejoindre la lutte. Des délégations de diverses usines occupent les alentours du siège central du holding.

Le 16 février, les salariés de la Compagnie du Nil pour les routes et les ponts sont également commencé la grève pour l'obtention du même salaire minimum que dans le public. Le 19 février, les employés de 6 compagnies de l'eau et l'assainissement entraient à leur tour en lutte pour les salaires. Et le 20 février, ce sont ceux de la société égyptienne de propylène de Port Saïd qui entraient dans la danse. On notait même la lutte des 120 employés de la Tour du Caire – symbole du nassérisme - et son restaurant pivotant à son sommet, qui demandent la renationalisation de leur entreprise.

Si les autorités qui se sont montrées féroces dans la répression des militants révolutionnaires ces derniers mois, elles ont été beaucoup plus prudentes à l'égard des ouvriers. Elles craignent sans doute qu'une répression violente ne mette le feu aux poudres. Elles ont accusé les grévistes de sabotage et d'obéir aux Frères Musulmans en même temps qu'elles accentuaient la mise en scène de la répression et la propagande contre les attentats terroristes. Mais les ouvriers ont manifesté en montrant ostensiblement des pains, se faisant bien comprendre de toute la population égyptienne ; leurs seuls objectifs sont le pain, la liberté et la justice sociale comme ils le scandent dans les manifestations ou l'écrivent sur les banderoles et les murs...

Source: Jacques Chastaing

 

En Egypte, les grèves font tâche d'huile
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article